top of page

Mme l'Entrepreneure a peur !


Peur : Émotion qui accompagne la prise de conscience d'un danger, d'une menace.

Ca c'est la définition du dictionnaire!

Pour moi, la peur c'est une meuf bien reloue qui est tout le temps là dès que j'ai envie de faire quelque chose de différent. C'est cette copine bien chiante qui voit toutes les raisons pour lesquelles tu ne devrais pas retourner avec ton ex (elle a raison ne retourne pas avec ton ex haha) quand toi tu te rappelles que tu l'as quitté.e parce que tu n'étais pas prêt.e à t'investir dans une relation sérieuse et que maintenant tu es enfin prêt.e. Elle (la peur, ta pote) te dit que c'est une mauvaise idée parce que tu n'es pas sérieux.se, tu n'es pas discipliné.e, tu n'es pas encore arrivé.e là où tu devrais être à ton âge, tu n'es pas assez mince, musclé.e, tu n'es pas assez mature, tu n'es pas assez riche... C'est la petite voix qui te rappelle toutes tes limites (ou plutôt celles que tu penses avoir) ou toutes les raisons pour lesquelles ça ne va pas marcher !

Alors quand tu décides de créer ton entreprise ou de te lancer dans un nouveau projet, la meuf est là, fidèle au poste ! Elle est là pour te rappeler que d'abord tu n'as jamais fait ça et que ça peut mal se passer du coup! Non mais sérieux "tu es qui pour...?" Je te laisse terminer la phrase. Elle vient te demander de prouver que tu es à la hauteur! Elle vient te questionner sur tout ce que tu crois secrètement sur la personne que tu es :

Tu es sûr.e que tu as assez de valeur?

Tu es sûr.e que tu es assez formée?

Tu es sûr.e que tu pourras rembourser le prêt de la banque ?

Tu es sûr.e que les gens vont acheter?

Peut-être que ce serait plus prudent de ne rien faire. Continue à bosser sur ton projet, continue de réfléchir (2 ans, 3 ans, 10 ans ou jusqu'à ce que quelqu'un d'autre le fasse), attends un meilleur moment... Attends le moment où tout sera parfait, comme ça tu es sûr.e de ne pas souffrir. Parce que c'est là le #trick! Ta copine la peur veut te protéger de l'ultime danger : la douleur #pain! Ta pote a une mémoire de dingue et se rappelle que le 23 Janvier 2007 à 12h32, tu as fait quelque chose de nouveau (qui n'a peut-être rien à voir avec l'entrepreneuriat) que ça s'est mal passé et que tu en as souffert. Ta copine la peur ne veut pas que tu aies mal, elle ne veut pas que tu souffres alors dès qu'elle sent le "danger " arriver, elle débarque et elle insiste.

Rappelle toi qu'au collège on se moquait de toi parce que tu faisais des fautes (et comment tu en as souffert) alors ne va pas t'afficher sur Instagram là, taleur (oui elle parle comme ça) les gens se moquent de toi! Rappelle toi quand la dame au supermarché t'a demandé si tu es enceinte (alors que ton dernier enfant a 5 ans) alors ne va pas montrer ta tête et donner des conseils nutritionnels aux gens!

En fait, ce n'est pas la peur le problème! C'est ta programmation! C'est ce que tu as inscrit en toi comme étant vrai et qui du coup t'apparaît comme un danger! Et c'est quand elle sent le "danger" que la peur vient te "protéger"!

Parfois, elle te protège vraiment attention! Donc quand elle voit du feu, of course, elle vient te rappeler que quand tu avais 1 an, tu as voulu toucher ta bougie d'anniversaire et que, ben oui, le feu ça brûle!

Du coup, quand l'idée de créer ton entreprise pointe le bout de son nez, ta copine aura peur, par exemple, que les clients n'achètent pas. Mais en vrai ce qui lui fait peur c'est le rejet : elle se rappelle quand, au primaire, tu avais organisé une fête et que personne n'est venu et la peine que tu avais. Il n'est pas question que tu revives ça! Alors elle va trouver le plus d'arguments possibles pour ne pas que tu le fasses!

Genre que tu vas te vautrer parce que tu n'es pas à la hauteur! Puisqu'en 1943, la seule personne qui a entrepris dans ta famille a fait faillite! Ben là, tu peux lui rappeler que ça ne te définit absolument pas! Et même si tu te loupes, d'abord, nobody's gonna die, mais surtout tu vas revenir dans le #lifegame plus fort.e qua jamais puisque tu sauras ce qu'il ne faut pas faire!


La dernière fois que j'ai parlé avec ma BFF (best friend forever) P. (P. comme peur), c'était en Septembre dernier. J'ai décidé d'arrêter le suivi d'activité comme je le pratiquais à l'époque parce que je ne faisais pas qu'analyser des chiffres, je faisais plus. Mais il fallait que je l'articule, que je l'organise pour être encore plus efficace. Bien sûr, dès que j'ai pris la décision, Miss P. a débarqué. Elle s'est assise, je lui ai servi du thé (du vin en vrai lol) et on a commencé à discuter. Pourquoi j'ai peur ? Ca marche ce que je fais!

J'ai pu aider mes clients, j'ai des résultats concrets comme un gain de 1000 € en une semaine après un rdv conseil ou encore un chiffre d'affaires annuel de plus 500 000 € en étant suivi mensuellement ce sont des résultats !

De quoi j'avais peur vraiment?

Ce qui me faisait peur c'était l'échec ! Echouer pour moi (aujourd'hui) c'est de ne pas répondre à l'attente de mes clients, ne pas être efficace... Non, #bullshit! Ce qui m'effraie c'est d'être différente, trop différente! Le "tu es trop", "tu vois trop grand", "les gens ne sont pas prêts", "retourne à NYC! pourquoi tu es rentrée?"

Ca m'a pris deux ans pour être à l'aise avec l'idée que la liquidation de ma deuxième société est une expérience qui renforce mes compétences (pendant des années j'ai donc donné des conseils gratuits parce que j'avais peur l'imposteur que je pensais être soit démasqué!). J'avais créé une boutique en ligne de vêtements de grossesse en Martinique en 2015 : trop tôt? Peut-être mais aussi et surtout j'avais peur d'être visible, peur de vendre, peur de rencontrer les gens et de les décevoir (oui rien que ça!), peur que ce soit trop cher, peur de ne pas avoir assez de stock et je ne me suis jamais posé la question : et si ça fonctionnait ? Les 2 autres boutiques qui ont ouvert après moi cartonnent!

Ca va mieux depuis! (merci la thérapie, merci la kinésiologie)

Alors, après quelques verres de vin avec ma pote P., j'ai décidé d'être pragmatique : pourquoi je fais ça ? Parce qu'il y a tellement de potentiel ici mais tout le monde n'a pas les ressources, les idées, les conseils pour passer au niveau supérieur. Je sais que je peux les aider à passer au niveau supérieur. Notre discussion avec ma copine était un peu comme ça :

  • P. : "qui va adhérer? les temps sont durs!"

Je lui réponds rarement tout de suite. Je la laisse me secouer et faire apparaître tous les "dangers" que la question réveille. Je sais que nouveau programme est synonyme d'investissements pour moi (formation, logiciel, etc). Le danger pour moi c'est que si j'investis et que personne n'adhère je vais perdre de l'argent. J'ai déjà manqué d'argent auparavant et mon cerveau se rappelle de cette période comme une période douloureuse. Donc je m'efforce de reprogrammer ma mémoire et je me rappelle des leçons tirées, des solutions trouvées, des circonstances et je me rappelle surtout qu'après tout ça, j'étais encore vivante et que j'étais encore plus forte! Et je lui réponds :

"les chef.fe.s d'entreprise savent qu'ils doivent investir pour avoir un retour sur investissement. Les gens riches n'investissent pas parce qu'ils sont riches, ils sont riches parce qu'ils investissent! Ce qui revient à cibler les bonnes personnes! Si tu cibles les personnes qui ne veulent pas se donner les moyens d'avancer, ben tu ne vas pas aider, tu ne pourras jamais aider. La réalité c'est que si les clients considèrent qu'il s'agit d'un investissement, ils le feront. Ce sont ces personnes auxquelles tu dois t'adresser!" #selfcoachingbaby

  • P. "Et tu penses que les gens vont te croire?"

Là encore je laisse infuser. Je sais que je suis la mère de mes enfants, je n'ai pas de doute la dessus. Je sais que je suis une bonne mère (relativement à MA définition de la bonne mère) alors ils me le disent. Mais chaque fois que j'ai douté d'une manière ou d'une autre, j'ai attiré à moi les situations/commentaires/jugements qui disaient le contraire. Alors après avoir analysé tout ça, je lui ai répondu :

"je sais ce que je peux leur apporter. Je n'ai rien à prouver. Je sais que dès que j'accompagne je donne le meilleur, je trouve toujours des stratégies et des solutions #callmeOliviaPope! Toutes les personnes que j'ai accompagné (et qui m'ont écouté) ont vu leur business décoller!"

  • P. "ce n'est pas le moment avec tout ce que tu as à faire : la certification, ta vie personnelle..."

Immédiatement, je lui ai répondu "chaque chose en son temps, d'abord, je travaille sur le contenu. L'accompagnement doit contenir toutes les compétences permettant de déterminer le point de départ (audit), de suivre les chiffres, d'échanger, de travailler sur des stratégies pour atteindre ses objectifs... Tout ce qu'il faut pour passer au niveau supérieur. Quand ce sera le moment, je le sentirai et je le saurai". Fly est ainsi né!


Alors, je ne suis pas psychologue et je ne te propose pas une formule magique genre un spray anti-peur! Je te dis juste que la peur ne te veut pas de mal au final, elle ne veut pas t'empêcher d'avancer. Tout comme une maman qui a vu son enfant tomber en faisant quelque chose de nouveau, elle ne veut plus jamais te voir avoir mal. Mais chaque fois que tu vas lui rappeler qu'avoir mal a toujours le bénéfice de te voir grandir, te dépasser pour te permettre de prendre conscience de ta valeur, elle va parler moins fort...

Si je peux finir en te donnant un conseil c'est : n'essaie pas de ne pas avoir peur, essaie de comprendre ce qui te fait réellement peur. Discute avec elle (la peur) comme avec une amie qui te veut du bien et si ça ne fonctionne pas donne lui du vin ! #itsajoke





L'abus d'alcool est dangereux pour la santé à consommer avec modération.

17 vues0 commentaire

留言


bottom of page